Discrétisation

Plusieurs méthodes sont proposées afin de transformer une série continue de valeurs en une série discrète, c'est à dire en un nombre fini de classes. Le nombre de classes ainsi que les valeurs limites de ces classes doivent être justifiées sémantiquement et/ou statistiquement.

Les méthodes proposées par l'outil peuvent être utilisées telles quelles ou bien comme des guides de lecture et d'analyse préalables à la saisie manuelle des limites de classes souhaitées.


  • Intervalles égaux
    Cette méthode, parfois également appelées "amplitudes égales", permet de créer des classes qui possèdent toutes la même étendue.
  • Quantiles
    Cette méthode, parfois également décrite par le terme de "discrétisation en classes d'effectifs égaux" permet de former des classes qui possèdent toutes le même nombre d'individus.
  • Q6
    Cette méthode originale, notamment démocratisée par l'outil PhilCarto, permet d'effectuer une discrétisation selon la méthode des quartiles tout en isolant les valeurs extrèmes.
  • Seuils naturels (algorithme de Jenks)
    Cette méthode permet de créer des classes homogènes. En effet l'algorithme vise à trouver le nombre de classe souhaitées en minimisant la variance intra-classe et en maximisant la variance inter-classe.
  • Il est également possible d'utiliser les discrétisations en progression arithmétique, en progression géométrique ou de saisir manuellement les bornes de classes.

Le panneau principal de la boite de dialogue permettant de choisir un type de discrétisation ainsi que les palettes de couleurs représente la distribution dans le nombre de classes désirées, avec des rectangles dont les surfaces correspondent à la fréquence relative d'observations dans la classe correspondante.

Le panneau supérieur droit présente la distribution non-discrétisée selon 3 représentations (histogramme, boite à moustache et essaim d'abeilles).

Vous pouvez consulter l'article Géovisualisation des discrétisations : une petite application pédagogique, dans la revue MappeMonde n°119, qui met en avant l'importance du choix d'une discrétisation adaptée en cartographie.